4eme trimestre

Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2017 :

L’austérité continue !

 

 

Comme chaque année, le Parlement discute du PLFSS 2017. Celui-ci est dans la continuité des lois de financement de la sécurité sociale des années précédentes. Au bout du compte, ce sont les malades et les hôpitaux qui vont être les perdants.

Le gouvernement annonce une baisse du déficit et un retour à l’équilibre pour 2017. Au-delà de l’effet d’annonce, ce retour à l’équilibre – qui n’est pas garanti – se fait au détriment des usagers et des personnels :

Il s’explique notamment par :

* Les réformes des retraites et le recul de l’âge de la retraite.

* La non revalorisation des diverses prestations en espèce.

* Un ONDAM resserré conduisant à des restrictions importantes sur le financement des hôpitaux avec de graves conséquences sur la qualité des soins des malades et une dégradation des conditions de travail des personnels hospitaliers.

* Des économies de gestion dans les organismes de Sécu : Les effectifs de la branche maladie ont été réduits de 10,1% entre 2009 et 2014. La COG 2014/2017 prévoit encore une baisse de 6,5% des effectifs. Les réorganisations se multiplient avec notamment le « travail en réseau de l’assurance maladie » qui est une nouvelle étape dans la mutualisation régionale et nationale des activités des CPAM. Les points d’accueil de proximité se réduisent. Les conditions de travail des personnels se dégradent. La valeur du point est bloquée depuis 2010 !

Nous ne sommes pas dupes des discours de Mme Touraine vantant sa politique :

* L’accès aux soins reste toujours  difficile et de nombreux malades ne peuvent pas supporter les dépassements d’honoraires qui restent à leur charge. Les dépassements, loin de disparaitre, restent importants. Les mesures prises par Mme Touraine n’ont fait que limiter leur augmentation. 

* Les assurés sociaux continuent de supporter les franchises médicales et autres forfaits.

* Les restrictions budgétaires dans les hôpitaux conduisent à  des réorganisations, fermetures de services ou  établissement qui conduisent à une destruction progressive du service public hospitalier.

La formule de  Claude Lepen (professeur en économie de la santé) qui dit que « Mme Touraine a mené une politique de coups de rabot » résume bien la politique menée par les gouvernements successifs en matière de santé et de protection sociale.

Cette politique fait payer les assurés tout en continuant les cadeaux au patronat (CICE, pacte de stabilité, loi Travail…).

SUD Protection Sociale Haute Normandie dénonce ce PLFSS d’austérité qui met à mal notre système de protection sociale solidaire.

L9AE

Le 9 novembre à Évreux :

Tous ensemble pour défendre les libertés syndicales et le droit

des salariés à s’organiser dans des locaux adaptés et décents

 

 

La Bourse du Travail est installée à la même adresse à Évreux depuis 1928. Elle est donc un haut lieu du mouvement ouvrier qui aide les salariés dans le combat pour leur dignité, l’accès aux droits et leur rassemblement dans des syndicats. Elle contribue également à la formation des élus et mandatés. Elle n’est donc pas un bâtiment parmi d’autres qui pourrait être livré à toutes sortes de projets, voire à la spéculation immobilière sans un cadre de dialogue acceptable.

 

La proposition faite par la Mairie d’Évreux de l’ancienne École Joliot Curie n’est pas acceptable, car elle ne répond pas aux besoins pour mener une activité syndicale, et est ressentie comme une provocation par l’ensemble des organisations. Le désengagement du Conseil Départemental de l’Eure est tout aussi incompréhensible.

 

Depuis le mois de juin 2016, M le Préfet de l’Eure a accepté de jouer le rôle de médiateur pour faciliter les échanges entre la Mairie d’Évreux, le Conseil Départemental et l’ensemble des organisations syndicales. En effet les huit syndicats ont toujours recherché le dialogue pour trouver une solution acceptable pour tous, mais aujourd’hui, confrontées à la menace d’une expulsion, les organisations syndicales de l’Eure appellent à faire du 9 novembre une journée de mobilisation pour la défense des libertés syndicales.

 

Les locaux de nos organisations sont des lieux d’accueil pour le monde du travail et les activités que nous y déployons, par leur diversité, contribuent à l’intérêt général local. Aujourd’hui ces activités et leur absolue nécessité sont remises en cause.

 

L’intersyndicale CGT - FO - CFDT - CFTC - CFE/CGC - FSU - UNSA et Solidaires de l’Eure compte bien mener le combat par tous les moyens. Elle revendique des locaux décents pour chacune des organisations et appelle les syndicats, les syndiqués et les salariés du département à participer à la mobilisation, y compris par des appels à la grève,
 

le 9 novembre à Évreux à partir de 10h00 et jusqu’à 16h00

 

Les organisations syndicales du département ont bien l’intention d’inscrire dans le présent et le futur, l’histoire sociale de notre département.

 

Ce communiqué vaut préavis de grève pour le 9 novembre.

03/11/2016 à 16H00