3eme trimestre 2015


 

SOLIDARITE : L'asile, c'est un droit

Nous, citoyennes et citoyens d’Europe, sommes de la même humanité que ces femmes, ces hommes et ces enfants qui fuient la guerre et la misère pour ne pas mourir. Comme eux, nous avons des enfants, nous travaillons, nous aspirons au bonheur et nous savons les efforts nécessaires pour construire nos vies dans un monde où la loi du plus fort est toujours en vigueur. Le sort que l’Europe, celle qui a connu tant de guerres, qui a envoyé tant de réfugiés sur les routes, leur réserve nous révolte.

L’Europe ne peut proclamer que ses valeurs reposent sur les droits de l’Homme et traiter ces réfugiés comme des envahisseurs, compatir à leur sort et faire si peu, se les rejeter comme des marchandises illégales. Or, force est de constater que même la directive sur l’afflux massif de réfugiés, bien loin de ce qu’exige la situation dramatique actuelle, n’a pas été mise en œuvre.

Le destin de ces réfugiés, de ces migrants, c’est notre destin et notre avenir. En niant leur droit à l’asile, c’est notre propre avenir que nous mettons en péril tant nous aurons, tôt ou tard, à rendre compte de notre aveuglement et de celui de nombre de nos gouvernants.

Déjà en partie responsable des événements qui poussent sur les routes de l’exil tant de personnes, que restera-t-il de la crédibilité de l’Europe et de la France si nous refusons de les accueillir ?

Nous n’admettons pas, en tant que citoyens européens et français, le déni d’humanité qui est en train de se produire.

En France, nous exigeons du gouvernement qu’il appuie sans équivoque un accueil de ces réfugiés dans tous les pays de l’Union européenne.

Nous lui demandons de prendre toute sa part, ici en France, de cet accueil, et donc d’accroître considérablement les moyens mis en œuvre.

Nous appelons toute la société civile à se mobiliser pour appuyer cette exigence et pour apporter l’aide et l’assistance nécessaire.

Nous appelons tous les hommes et femmes de bonne volonté à combattre ces discours indignes qui refusent à ces hommes, ces femmes et ces enfants leurs droits élémentaires d’êtres humains.

Ensemble, nous demandons : • que tous les réfugiés soient accueillis dans des conditions respectueuses de leur dignité ; • une suspension des accords de Dublin et leur révision ; • l’organisation d’un grand débat public sur la question des réfugiés.

Ensemble, nous pouvons faire que l’intolérable cesse.

 

Rassemblement 
le mardi 8 septembre, à 18h30, 
Place de la République, à Paris



#AsileUnDroit 

Organisations signataires : Acat, Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (Acort), Association des Tunisiens en France (ATF), Attac, Cedetim / Ipam, CGT, Collectif 3C, Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme et Tunisie (CRLDHT), Confédération syndicale des familles (CSF), Fédération nationale des Maison des potes, FSU, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Licra, Mrap, Organisation de femmes égalité, SNJ-CGT, SOS Racisme, Syndicat des avocats de France (Saf), Union nationale lycéenne (UNL), Unef, Union syndicale Solidaires

 

7 septembre 2015


ZTI: Macron voit grand


Dans le cadre de la consultation mise en oeuvre par le gouvernement, notre organisation vient de prendre connaissance des douze projets d’arrêtés délimitant les futures Zones Touristiques Internationales (ZTI) parisiennes où les commerces pourront ouvrir chaque dimanche et jusqu’à minuit. 

A la lecture du compte rendu intégral de l’Assemblée nationale du 13 février 2015¹, force est de constater que, à tout le moins, Emmanuel Macron est fâché avec l’arithmétique (quatre ZTI ne font pas douze au bout du compte), voir a effrontément menti devant la représentation nationale ! 

Notre étonnement est d’autant plus grand que nous ne savions pas que la fréquentation des centres commerciaux parisiens se caractérisait avant tout par « leur rayonnement international, l’affluence des touristes résidant hors de France et l’importance de leurs achats. » 

De même, le projet d’ouverture dominicale des magasins Fnac qui n’avait pas réussi à rentrer par la porte revient par la fenêtre. 

Avec l’intersyndicale CLIC-P, nous n’avons cessé, à juste titre, de jouer les Cassandre : c’est bel et bien à une offensive patronale, soutenue par un gouvernement qui lui sert la soupe, visant à la généralisation du travail dominical et nocturne à laquelle nous sommes confrontés. 

La réponse des salarié-es et de leurs organisations doit être à la hauteur de cette attaque, à savoir l’organisation d’une grève générale dans le commerce parisien dès la rentrée ! 

  • Nom du fichier : Macron grand
  • Taille : 154.38 Ko
yes /

Télécharger

  • Nom du fichier : Com clic p decret macron 17 08 15
  • Taille : 311.6 Ko
yes /

Télécharger