4eme trimestre 2015 (actuel)

Le fascisme de l’AKP a encore tué :

le bâtonnier de Diyarbakir exécuté lors d’une conférence de presse

 

Tahir Erçi, bâtonnier de Diyarbakir, a été exécuté ce matin au cours d’une conférence de presse qu’il tenait dans le quartier de Sur.

Avec la mort de Tahir Elçi, Diyarbakir et l’ensemble des peuples de la Turquie ont perdu un homme très estimé qui s’est toujours battu pour la justice, la paix et la liberté. Nous présentons nos condoléances à sa famille, à ses proches et à tous les peuples de Turquie.

Il y a un peu plus d’un mois, Tahir Elçi avait déclaré sur la chaîne de télévision turque que le PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) n’était pas une organisation terroriste. Suite à cette déclaration, il avait fait l’objet d’une véritable campagne de lynchage médiatique et judiciaire orchestrée par le régime fasciste de l’AKP. Ne tolérant pas ses idées et sa lutte, les ennemis de la paix ont décidé de le faire taire par la mort.

Depuis le mois de juillet, la politique de guerre et de terreur du gouvernement AKP entraîne chaque jour des morts de civils dans les nombreuses villes du Kurdistan placées sous couvre-feu. Alors que d’un côté, la Turquie bombarde les positions du PKK au Kurdistan d’Irak, d’un autre côté, elle soutient activement les organisations terroristes comme Daesh dans le but d’affaiblir le mouvement kurde qui lutte contre ces mêmes organisations.

Les représentants politiques kurdes sont constamment désignés comme des cibles par les autorités turques. Il y a quelques jours, Selahattin Demirtas, Coprésident du Parti démocratique des Peuples a échappé de peu à un attentat.

La politique turque de guerre, de terreur et de lynchage est directement à l’origine de l’exécution de Tahir Elçi. Les auteurs et les commanditaires de ce crime lâche doivent immédiatement être identifiés, jugés et condamnés.

A travers Tahir Elçi, cet attentat prémédité vise la lutte pour le droit et la justice. Mais les assassins de Tahir Elçi doivent savoir que des milliers de Tahir Elçi vont reprendre sa lutte là où il l’a laissée. Ils doivent savoir qu’ils n’obtiendront rien en arrêtant ou en frappant les militants de la justice, de la démocratie et de la paix ; qu’ils n’arriveront  pas à briser ainsi la résistance contre le fascisme de l’AKP.

Nous appelons toutes les organisations démocratiques et toutes les personnes attachées à la justice, la paix et la liberté à condamner cet attentat et à soutenir la résistance contre le régime fasciste de l’AKP.

29-11-15

Magistrat tahir erci

Communiqué du KNK - Les attaques turques doivent cesser

 

Alors que la communauté internationale est entièrement préoccupée par les actions terroristes de Daesh qui dépassent les frontières de la Syrie et de l’Iraq, la Turquie intensifie sa guerre contre le peuple kurde. Les déplacements forcés, les mainmises sur les biens, les détentions, l’oppression et les crimes planifiés sont autant d’attributs de cette guerre illicite.

Le 23 juillet 2015, la Turquie a annoncé sa participation à la coalition internationale contre Daesh. Cependant, depuis cette date, le soutien de la Turquie à Daesh a n’a pas pour autant diminué. Au lieu de combattre Daesh, la Turquie a déclenché des opérations contre la guérilla kurde, seule force luttant efficacement contre Daesh.

La Turquie attaque les Kurdes, alors que ceux-ci revendiquent la paix et une solution politique. Le Leader du PKK a tendu la main à la Turquie pour parvenir à la paix et la réconciliation. Il a établi pour cela une feuille de route contenant des propositions concrètes pour une solution politique et proposé la médiation d’organisations ou de puissance internationales. Par ailleurs, les Forces de défense du Peuple (HPG) ont décrété et appliqué plusieurs cessez-le feu auxquels la Turquie n’a jamais répondu favorablement. 

Les attaques turques qui s’amplifient de jour en jour ne se limitent pas à son soutien à Daesh. Les attentats contre les manifestations kurdes pacifiques - en dernier lieu à Ankara -, les assassinats de civils, les profanations de cimetières, les destructions d’habitations et de commerces kurdes et les couvre-feux arbitraires imposés sur les villes kurdes font partie des atrocités de l’Etat turc.

Les commandos militaires sont déployés partout au Kurdistan. Ces forces sont secondées par des gangs paramilitaires. Ils utilisent des tanks, des véhicules blindés, des chars et des hélicoptères. Les villes kurdes comme Diyarbakir, Cizre, Gever, Şırnak, Silopi, Hakkâri et Van ont été transformées en champs de guerre. La ville de Nusaybin est sous le siège de l’armée turque depuis 10 jours. Au moins 8 civils ont été tués dans cette ville depuis que le couvre-feu y a été imposé.

Parallèlement, l’Etat turc attaque les Kurdes du Rojava (Kurdistan de Syrie), en particulier dans la région de Girê Spî (Tal Abyad) et à l’est de l’Euphrate. L’objectif est d’étendre la guerre aux Kurdes de Syrie pour les empêcher d’administrer cette région. Dans ce même but, la Turquie cherche des prétextes de sécurité pour mettre en place une zone tampon le long de sa frontière, sur les territoires actuellement contrôlés par les Kurdes.

Niant l’existence des Kurdes, la Turquie s’est engagée dans une guerre d’extermination qui passe par l’assimilation et les politiques oppressives. L’approche du gouvernement AKP consiste à se focaliser sur le problème au lieu de tenter de le résoudre. C’est pourquoi, il reste sourd aux appels au dialogue et à la négociation.

Les appels du peuple kurde à la paix, la démocratie et la justice doivent être entendus. Nous appelons toutes celles et ceux qui croient à la paix, la stabilité, la justice et la démocratie à soutenir les Kurdes et à s’opposer à cette campagne brutale menée dans le but de faire capituler les Kurdes et les réduire au silence. Nous les appelons toute et tous à contribuer à une solution pacifique.

Rebwar Rashed, Coprésident du Congrès national du Kurdistan (KNK)

23 novembre 2015

28-11-15



 

Les écrits sur les banderoles condamnent Daesh et les Etats qui le soutiennent, notamment la Turquie. (17-11-2015)



 

L'armée turque attaque le Rojava (Kurdistan syrien) par le nord, Daesh par le sud

L'armée turque a encore pris pour cibles les positions des forces kurdes à l'arme lourde, cette fois à l'ouest de Kobanê.

 Les terroristes de Daesh ont tiré plusieurs obus sur la ville de Tal Abyad (Gire Spi), faisant 4 morts parmi les civils et 2 blessés, dont un enfant.

Le siège de Silvan par l'armée turque continue Cela fait 8 jours que la ville est attaquée par l'armée, qui tente de reprendre le contrôle total de quartiers où les rebelles kurdes du YDG les empêchent d'entrer.

 Les habitants sont interdits de sortir sous peine d'être abattus.

 Nous organisons un rassemblement pour dénoncer les massacres des civils, blocus et destruction des habitations et cimetière  à Silvan, Cizre ainsi dans d'autres régions Kurdes faisant la mort des dizaines de civils par la police turc.

Par cette même rassemblement, nous tenons aussi à dénoncer  avec determination l'isolement carcéral imposé à Abdullah Ocalan le leader de la lutte Kurde qui joue un rôle important dans le processus de paix.

 

Le peuple kurde a  plus que jamais besoin de votre solidarité !

Soyons nombreuses et nombreux, nous ne restons pas silencieux face à ces actes odieux.

Envahissement par les turcs


 

Double attentat meurtrier dans un meeting pour la paix à Ankara (10-10-2015)

Deux grandes explosions sont survenues le 10 octobre, au matin, dans un meeting pour la paix organisé à Ankara par plusieurs syndicats et chambres de métiers, et soutenu par le Parti démocratique des Peuples (HDP). Ce double attentat qui a visé en particulier le cortège du HDP a été commis au moment où les manifestants commençaient à se rassembler. Un bilan encore provisoire fait état de 86 morts et de centaines de blessés.

Cet attentat survient au moment même où le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) décrète une trêve unilatérale.

Le Coprésident du HDP, Selahattin Demirtas, a déclaré que cet « attentat lâche » était dirigé contre les efforts de paix et visait à terroriser la population et la soumettre. Il a ajouté que derrière cet attentat, se trouvaient des forces guidées par une logique étatique mafieuse.

Les députés du HDP ont par ailleurs dénoncé l’attitude de la police turque qui a fait usage de gaz lacrymogène contre les manifestants juste après l’attentat et qui a entravé le passage des ambulances. « Il veulent augmenter le nombre de morts », a déclaré Selahattin Demirtas.

Le Conseil démocratique kurde en France condamne avec force cet attentat lâche et immonde !

 

Les peuples de Turquie ne se laisseront pas intimider par ces agressions contre ceux qui luttent pour la paix !

Halte à la guerre sale et la terreur d’Etat en Turquie et au Kurdistan !

Attentat