1er trimestre 2015

Massacre de civils durant la fête du nouvel an Kurde.

Une cinquantaine de personnes, principalement des femmes et des enfants, ont été victimes de 2 attentats suicide perpétrés par des fanatique de DAECH (le groupe état islamique).  Ces attentats ont été commis au cœur de la foule rassemblée le 21 mars pour fêter Newroz (le nouvel an kurde) dans la ville de Hasekê (Al-Hasakah).

Ces attaques viennent après les défaites subies par DAECH dans les batailles de Kobané, Til Hemis et Til Berak, dans lesquelles Les combattantes et les combattants YPJ /YPG ont mis en déroute les islamistes radicaux.



 

Kobané : des dizaines de villages libérés

Depuis la libération totale de Kobanê, les combattantes et les combattants des YPJ et YPG ont poursuivi leur offensive pour faire reculer DAECH. Des dizaines de Hameaux et de villages situés  au sud et à l’est de Kobanê ont été libérés.

Le pont de Qereqozaq sur le fleuve Euphrate a été repris aux islamistes après 3 jours de durs combats du 11 au 14 mars. Le pont est long d’environ 1,5 km de long et occupe une place stratégique  permettant de connecter les villes de Kobanê et Minbic.

Dans la région de Serekaniye , les terroriste du groupe Etat Islamique ont tenté une contre-offensive appuyée par des chars et de l’artillerie le 16 mars. Elle a été stoppée par les YPJ et YPJ qui ont infligé de lourdes pertes à DAECH, avec l’appui aérien de la coalition.  

Dans le canton de Djesireh, des combats se poursuivent pour éliminer DAECH  de la région de Til Hemis et libérer les villages aux alentours.

Dans tous ces combats les YPG et YPJ ont eu à déplorer des morts et des blessés.



 

Rojava: Kobané libéré! La construction des cantons se poursuit

 
 
Le lundi 26 janvier, après 134 jours de combat, les forces de DAECH ont été expulséesde la ville de Kobané, qui est donc désormais libre. La guerre n'est pas pour autant finie, la ligne de front a été déplacée à quelques kilomètres de la ville. Cette libération a été rendue possible à la fois grâce à la pugnacité des YPG/YPJ (les unités de protection du peuple) et à l'intensification des frappes de la coalition internationale menée par les États-Unis
. Kobané est aujourd'hui une ville détruite, mais il faudra sans doute que la guerre se stabilise pour que les habitant-es qui ont du fuir puissent retourner dans le canton de Kobané.
Pour l'instant, les réfugié-es vivent dans les camps installés à la frontière en Turquie. Ces camps sont toujours alimentés par les municipalités et les habitant-es de la région kurde deTurquie et non par l’État turc qui refuse de prendre en charge les réfugié-es.. Les besoins en nourriture, vêtements, médicaments sont toujours d'actualité.
Au niveau des soutiens internationaux, on peut noter que les Etats-Unis ont retiré en décembre de la liste des organisations terroristes les parti  kurdes irakiens (PDK etUPK) d'obédience libérale, mais toujours pas le PKK, qui combat pourtant aussi «DAECH». Le PYD (parti frère du PKK en Syrie) n'est lui sur aucune liste.La construction des cantons se poursuit. Dans les cantons d'Afrin et de Djezireh, la construction sociale continue.
Solidaires Etudiant-es a lancé en France la campagne «Des livres pour Rojava» en soutien à l'académie de Sciences sociales de Qamishlo (canton de Djezireh) qui a ouvert en septembre 2014 et commence son second semestre de cours, il s'agit de les aider à fonder une bibliothèque, mais aussi d'échanger sur l'éducation et l'enseignement. La campagne a commencé sur plusieurs sites universitaires à Bordeaux, Grenoble ou Saint-Denis. Quelques camarades se rendront en Qamishlo en mars pour rencontrer de visu les étudiant-es de l'académie. A l'heure où «DAECH» brûle des livres par milliers en Irak, nous devons soutenir ces projets de reconstruction culturelle.

 

Contre l’austérité imposée solidarité avec le peuple grec

L’Union syndicale Solidaires agit contre les politiques d’austérité et dans la solidarité avec le peuple grec depuis plusieurs années. La légitimité de ces politiques menées en Europe est remise en cause par le changement politique en Grèce. Le peuple grec est l’acteur de ce changement.

Moins d’un mois après les élections, l’Eurogroup se réunit. Les institutions européennes, les gouvernements, et la Banque centrale font pression pour que les politiques d’austérité et de réformes continuent, alors qu’elles ont provoqué misère, régression sociale, chômage et désespoir pour la population grecque.

Nous sommes avec le peuple grec contre la Troïka (Banque centrale européenne, Commission européenne et Fond monétaire international) et les gouvernements de l’Union européenne :

Contre l’austérité et les réformes structurelles exigées par l’Union européenne en Grèce, Contre la pression financière sur la dette, Nous exigeons du gouvernement français qu’il agisse dans le respect des choix démocratiques qui ont été faits en ce sens en Grèce.

La façon dont cette confrontation va évoluer, les conséquences sur les politiques budgétaires, les dettes comme sur les politiques d’austérité, aura des conséquences dans l’ensemble de l’Union européenne. Cela sera le cas en France sur les combats que nous menons nous mêmes contre les réformes du marché du travail, l’affaiblissement des services publics, pour une autre répartition des richesses.

L’Union syndicale Solidaires sera présente sur ces bases, en toute indépendance syndicale, dans les rassemblements qui se tiennent en soutien au peuple grec. Et elle agira dans les mobilisations pour des audits citoyens de la dette en France et en Europe ainsi que lors de la manifestation contre la Banque centrale européenne à Francfort le 18 mars.



 

Communique grece

  • Nom du fichier : Communique grece 4
  • Taille : 109.94 Ko

Télécharger



 

POLOGNE soutien aux mineurs en greve.

  • Nom du fichier : 2015 2 13 solidarite pologne
  • Taille : 204.37 Ko

Télécharger



 

Contre la criminalisation du mouvement social espagnol

.

 

Réseau syndical international de solidarité et de luttes

Contre la criminalisation du mouvement social espagnol

http://www.solidaires.org/article50067.html